Semaine de la vaccination : rappelons-nous que la vaccination sauve 3 millions de vies chaque année dans le monde

A l’heure des débats sur la question de l’obligation vaccinale et de la défiance envers les autorités sanitaires, l’industrie pharmaceutique et vis-à-vis de la vaccination en général, rappelons-nous des fondamentaux.

Rappelons-nous que la vaccination sauve 3 millions de vies chaque année dans le monde et qu’elle est le deuxième plus grand progrès en termes de réduction de la mortalité après l’accès à l’eau potable !

Rappelons-nous que les vaccins nous protègent contre des maladies graves et mortelles :

  • Pendant que nous hésitons, des épidémies de rougeole sévissent en Europe, et en France, ça commence. (2 doses du vaccin ROR pour être à l’abri, pour toute personne née après 1980).
  • Pendant que nous hésitons, le nombre de cancers du col de l’utérus n’est pas près de diminuer, avec seulement 14% des jeunes filles de 15 ans vaccinées contre le papillomavirus en 2015. Alors que l’Australie voit déjà les résultats d’une bonne adhésion à cette vaccination avec une diminution notable du nombre de lésions précancéreuses du col de l’utérus. (Vaccin à partir de 11 ans, possible jusqu’à 19 ans inclus).
  • Pendant que nous hésitons, le nombre d’infections invasives à méningocoque C (méningites et septicémies) ne diminue pas. Alors que cette infection touche surtout les sujets jeunes, la couverture vaccinale est plus qu’insuffisante ; en effet, seuls 23,0% des 15-19 ans et 6,6% des 20-24% étaient vaccinés contre cette infection fin 2015. (1 dose de vaccin, à partir de l’âge d’1 an et jusqu’à 24 ans inclus)
  • Pendant que nous hésitons, il y a encore, chaque année, 1000 nouvelles contaminations par le virus de l’hépatite B, qui auraient pu être évitées par la vaccination, et 1500 décès liés à cette infection.
  • Pendant que nous hésitons, le tétanos, présent dans le sol, responsable d’une infection effroyable et totalement évitable par la vaccination, contamine toujours quelques personnes chaque année. Parce que trop de retard a été pris sur les rappels ou parce que l’on pense que ça n’est plus utile de se vacciner à l’âge adulte. (Rappels à 25, 45, 65 ans, puis tous les 10 ans : à 75, 85, 95 ans…).

A l’occasion de la Semaine Européenne de la Vaccination qui a lieu du 23 au 29 avril 2017, le CVP* est à votre disposition pour répondre à vos questions ; et toute l’année, pour vous vacciner ! (enfants à partir de 6 ans et adultes, sans ressources ou sans médecin traitant).